Boulimique de défis


L’histoire de Bernard Roth mérite d’être racontée. Né en 1937, habitant Strasbourg, licencié à l’ASL Robertsau, (où il fractionne sous la férule de notre grand Fernand Kolbeck) il n’est pas du tout du genre à rester tranquillement installé dans son fauteuil. Ainsi, après plus de 40 années consacrées au négoce international du bois et à de très nombreuses fonctions socio-professionnelles, sa « retraite », il la consacre, entre autres, au sport, et plus particulièrement à la course à pied. A bientôt 76 ans, Bernard sait qu’il n’a plus rien à prouver. Il met le chrono entre parenthèses (d’autant plus qu’il a commencé la course très tardivement , et n’a de toutes façons jamais eu le « coffre » d’un champion), mais vit la vie à pleins poumons!

Un mental d’acier

Coté course à pied, tenez-vous bien ! il s’est offert plusieurs marathons, dont certains même deux fois : Paris, New York, Londres, Prague, Neuf Brisach, La Wantzenau. Pas une seule de ces organisations où il n’est allé rouler sa bosse. Et malgré cela, s’il trouve que ce n’est pas assez, ce diesel de la course à pied va rechercher ses limites, dans des épreuves de l’extrême, en plein cagnard. Arrivé à 61 ans, il n’hésite pas un instant à se lancer dans le marathon des sables, 230 km dans le désert marocain. Puis, mission accomplie, chaque année un autre défi : la 6000D (55 km et 6.000 m de dénivelés), le grand raid de la Réunion (la diagonale des fous : 125 km avec 16.000 mètres de dénivelés cumulés), la Desert Cup en Jordanie, 168 km en non-stop, la Mauritanienne, 200 km non-stop dans le désert de Mauritanie, et finalement récemment la 333 (333 km non stop dans le désert blanc d’Egypte), tout cela en autosuffisance. Ne parlons même pas de tous les sommets qu’il a défiés, le mont Cervin 4482m, le Mount Kinabalu 4636m, le Mont Blanc 4807m (plusieurs fois, par différentes voies) ,le Kilimandjaro 5895m, l'Agoncagua 7000m, et j’en passe… sinon c’est le vertige garanti.

Mais qu’est ce qui le fait donc cavaler comme çà ? "C’est bien simple" raconte-il, "je savoure les plaisirs de l’effort dans chaque épreuve. Il y a ce mélange de bonheur et de souffrance, il y a ce que les mots ne peuvent plus exprimer, il y a ces larmes de plaisir ou de douleur qui viennent toutes seules une fois l’arrivée franchie. Il y a le challenge , et il y a l’ambiance".
Il gère ses épreuves à l’envie !
Programmes d’entraînements ? Il ne connaît pas, s’il faisait un plan le dimanche celui-ci serait faux le lundi, autant Bernard est sollicité par une multitude de tâches quotidiennes qui se cumulent dans sa vie.
Le bon samaritain
Passionné comme il l’est, Bernard ne s’est pas contenté de n’être qu’athlète. Il s’est lancé un défi permanent, venir en aide à ceux qui sont en demande, ou en détresse. Ce pilier du monde associatif, qui est très engagé dans bon nombre de nobles causes, (exclusion, réinsertion, quartiers, prison, drogue) consacre d’innombrables heures à répondre aux associations, ou à des personnes en difficultés qui lancent un appel au secours. Et c'est pas tout !, Bernard organise également des « évènements » sportifs sortant de l’ordinaire, avec la participation de ses amis coureurs; comme le bain de Nouvel An par exemple; en faveur de petits cancéreux, dans un étang à une température de 1.4 °,ou une course avec les détenus à l’intérieur de la Maison d’arrêt de Strasbourg, « Course contre le cancer » avec 100 participants dans le cadre des Courses de Strasbourg-Europe, et la liste est longue ................

La vie l’a privilégié, et c’est pour cela qu’il essaye de la rendre et la partager avec les autres.
Et ce n’est pas un hasard si Bernard a été décoré de la croix d'officier de la Légion d’Honneur . Il le mérite amplement, et bien plus que cela, il mérite notre reconnaissance à nous tous, pour l’exemple qu’il donne à la vie et à notre société. Bravo Bernard ! reportage: Marcel Usselmann 2006

Quand on est à bout de force,on peut encore. Et ceux qui sont derrière , souffrent encore plus . Il ne faut qu'une petite seconde pour abandonner. Et .... toute sa vie pour le regretter !

Bernard Roth

Bernard Roth
Commandeur de la Légion d ' Honneur

nous résume quelques étapes de sa 2 ème vie :
aventures sportives et sociétales entre 60 ans et 76 ans :


* ASCENSIONS
Cervin 4480 m
Mont Blanc 4812 m , et Mont Blanc par la traversée des 3 Mont-Blancs
Kilimandjaro 6000 m
Aconcagua 7000 m
*
MARATHONS et TRAILS

Marathons de : Paris, Londres (2 fois) , Prague
Marathon des sables : 240 km en 5 étapes
100 km non stop : Millau
160 km non stop : Desert Cup
200 km non stop : Mauritanienne Race
333 km non stop : Desert blanc d'Egypte
Marathon de Zermatt : 42 km et 2000 m de dénivelé
Marathon de la Jungfrau 42 km et 2000 m de dénivelé
Grand Raid de la Réunion = "Diagonale des fous" : 135 km et 16.000 m dénivelés cumulés
Cross du Mont-Blanc : 35 km et 2.000 m montée
6000 D : 55 km et 6.000 m dénivelés cumulés
*
TRIATHLONS (commencés en 2010)
- sprint : 4 triathlons
- XL / demi " iron man " : 6

*
SPORT et SOCIETE :

évènements sportifs organisés ou co-organisés par moi
- Bain de groupe (avec 150 amis strasbourgeois) dans étang glacé, en faveur de petits cancéreux
- Courses avec les détenus, à l'intérieur de la prison de Strasbourg
- Match de foot avec détenus, à l'intérieur de la prison de Strasbourg
- bain caritatif de Nouvel An en Allemagne (eau à 1°) , avec une centaine d'Alsaciens

- Courses de groupe "contre le cancer", "pour les dons d'organes" , "pour les opérés du cœur", avec non voyant
- entretien de "coaching" avec les directeurs et sous-directeur d'une grande administration
- coaching des choristes "Gospel Kids" :
250 enfants originaires des différents quartiers de la C.U.S., et représentant différentes cultures,
- "SOS Amitié" de nuit
- coaching de personnes en désespérance
- Entretiens avec les jeunes drogués
- "SAMU social bis" et "ANPE bis"
- Opération "Un Avenir Ensemble" organisée par le Grand Chancelier de la Légion d'Honneur :
parrainage de lycéens méritants issus de milieux défavorisés
- interventions à l'EPIDE (Ecole de la 2° chance)

- trouver du travail pour les détenus en atelier pénitentiaire
- "coaching" de Professeurs , ET de lycéens

- 156 dons du sang

- ( et, la " cerise sur le gâteau " :7 petit-enfants )


* * * *

Il faut toujours mettre la barre un peu plus haut que ce qu'on se croit capable de faire.
Tu le Veux, tu le Peux
Avec des '' si '' on vit au conditionnel, Avec des ''mais '' on vit dans l'imparfait, Avec des ''oui'' on répond présent !
Les seules défaites sont les combats non menés.
L'homme se découvre quand il se mesure à l'obstacle.
(SAINT-EXUPERY)
Il est peu de réussites faciles et d'échecs définitifs.
(Marcel PROUST)
Le succès consiste à aller d'échec en échec, sans perdre son enthousiasme.
(Winston CHURCHILL)
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer.
(Guillaume d'ORANGE-NASSAU)

Les fleuves en crue à traverser, les montagnes à franchir, toutes des difficultés
qui semblent invincibles tant qu'on n'essaie pas de traverser, gravir, attaquer.
Si on ose les attaquer, il suffit de croire qu'on peut gagner, elles disparaissent et on gagne.
Les tigres d'acier n'étaient que des tigres de papier.
(Jean-François DENIAU)